Découvrez les bénéfices de l'adaptation des logements à l'avancée en âge !

Les bénéfices de l'adaptation du logement sont multiples et concernent bien sûr les usagers eux-mêmes, mais également :

  • les proches, famille ou amis, qui apportent une aide régulière
  • la famille géographiquement éloignée, qui s'inquiète de la qualité de vie, du devenir et de la sécurité de la personne âgée à son domicile
  • les professionnels intervenant à domicile (aide-ménagère, auxiliaire de vie, professionnels de santé ...)

 

Vous trouverez ici les conclusions de quelques études objectives et indépendantes sur les bénéfices de l'adaptation des logements à l'avancée en âge et/ou à la perte d'autonomie / au handicap de leur(s) occupant(s).

>   Etude de cas du PACT (SOLIHA) / CLIC Seine et Marne (2012)

Principales conclusions sur les seniors ayant adapté leur habitat :

  • 80 % ont vu leur degré de dépendance (GIR) demeurer constant sur une période minimale de 28 mois (durée de l'étude)
  • 10 % ont vu une amélioration de leur niveau d'autonomie (GIR)
Dans 90 % des cas, la tendance naturelle au déclin de l'autonomie est ainsi enrayée par l'adaptation du domicile, repoussant ou évitant alors l'entrée en maison de retraite.

D'après les professionnels / évaluateurs ayant réalisé l'étude :

  • 66 % des personnes qui présentaient une difficulté* pour faire des transferts (sortir du lit, s'assoir ou se relever d'un fauteuil...) n'en éprouvent plus aucune suite à l'adaptation
  • 45 % des personnes qui rencontraient une difficulté* pour accéder à l'extérieur (parties privatives) n'en éprouvent plus aucune suite à l'adaptation
  • 28 % des personnes qui éprouvaient une difficulté* pour utiliser les escaliers n'en éprouvent plus aucune suite à l'adaptation
  • 19 % des personnes qui rencontraient une difficulté* pur se laver et s'habiller n'en éprouvent plus aucune suite à l'adaptation.
* Difficulté partielle, modérée ou une incapacité totale

Le ressenti des seniors au sein de leur logement

 

Les personnes ayant adapté leur logement témoignent :

  • de l'impact majeur des aménagements sur leur qualité de vie
  • d’une facilité accrue dans leur quotidien.

 

Par exemple :

  • 67 % des personnes qui ressentaient une difficulté* pour la réalisation des actes de la vie quotidienne n’en ressentent plus aucune après l’adaptation

  • 63 % des personnes qui ressentaient une difficulté* pour leur mobilité à l’intérieur du logement n’en ressentent plus aucune après l’adaptation

  • 25 % des personnes qui ressentaient une difficulté*  pour l’utilisation de leurs escaliers n’en ressentent plus aucune après l’adaptation
* Difficulté modérée ou importante

 

Pour les évaluateurs comme pour les bénéficiaires, ces chiffres sont « à minima », ils ne tiennent pas compte des progressions « intermédiaires », c’est-à-dire par exemple des personnes éprouvant une difficulté importante avant adaptation, et qui rencontrent une difficulté faible après adaptation.

Les bénéfices sont donc bien réels !

Le point de vue de la famille

 

La famille, les aidants naturels, les proches des personnes sont clairs à ce sujet. L'adaptation du domicile de leur proche : 

  • rassure, sécurise et rend plus serein face à la situation actuelle et à l'avenir
  • facilite leur intervention en tant qu'aidants ainsi que l'intervention des professionnels.

>   Etude réalisée par l’équipe gériatrique de réinsertion et d’intervention du CHU de Nîmes (EGERI)

L'expérimentation mise en œuvre par l'EGERI a démontré l'influence positive de l’intervention d’un ergothérapeute à domicile pour préparer le retour du patient âgé après une hospitalisation. En effet, le taux moyen de ré-hospitalisation des personnes passe alors de 40 % à 17 %. 

>   Rapport relatif aux aides techniques dans le cadre du handicap, Pr D. Lecomte (2003)

" Les aides techniques peuvent redonner une réelle indépendance à la personne, ce qui n’est jamais le cas avec les aides humaines."

>   Rapport de la DRESS : Etudes et Résultats n° 261 (2003)

Les principales conclusions de cette étude sont :

  • l'influence positive de l’aménagement de l’environnement sur le risque de restriction d’activité d’une personne âgée
  • l'idée qu'un meilleur accompagnement des problèmes fonctionnels courants (aides techniques, aménagements, …) permettrait à un plus grand nombre de prolonger leur autonomie

>   Etude américaine, Rouy (1994)

Les principales conclusions de cette étude sont les suivantes :

  • Le recours à des aménagements et aides techniques réduit considérablement l’impact des limitations fonctionnelles sur les activités quotidiennes, quelles que soient leur nature et leur gravité
  • Parmi les personnes rencontrant des limitations fonctionnelles, celles qui ont recours aux aides techniques déclarent moins de restrictions dans certaines activités quotidiennes
  • Effets positifs de l’aménagement de l’environnement sur la prévention des risques de chute